Aujourd’hui, les nouvelles technologies sont ancrées dans notre vie quotidienne, habitudes et mœurs. Il en est devenu difficile de se passer de son téléphone, de son ordinateur ou même du réseau internet. D’après les estimations de l’ONU, près de 5 milliards de personnes sont connectées en 2020, et en 2035 la totalité de la planète devrait avoir un accès régulier à Internet.

Cependant, les liens établis entre ces technologies et l’environnement ne sont pas très positifs. Les nouvelles pratiques coûtent de plus en plus cher à l’environnement. Selon une étude publiée par GreenIT, la fabrication et l’utilisation de nouvelles technologies sont une source importante de consommation énergétique et donc d’émissions de gaz à effet de serre.

Par exemple, l’Iphone X d’Apple génère près de 79kg de CO² au cours de sa vie. En 1954, le designer industriel Brook Stevens invente le concept « obsolescence programmée ». Celui-ci encourage les mises à jour progressive afin de promouvoir une consommation continue des produits.

Le Web a également un impact sur l’environnement qui est estimé, par personne et sur une année à plus de 200kg d’émission de gaz à effet de serre. Il suscite également une ressource en eau très importante soit près de 3000 litres d’eau par an. (La fabrication des équipements, la production d’électricité et le refroidissement des centres de données ont tous trois besoins d’eau). En somme, toutes les actions réalisables par le biais d’Internet ont un certain impact sur l’environnement, prenons l’exemple de l’envoi d’un courriel qui émettrai jusque 19 grammes de CO²…

Face à ces problèmes environnementaux de taille, beaucoup cherchent à trouver des solutions technologiques capable d’épargner notre environnement : On parle aujourd’hui de technologies VERTES.

Les technologies vertes contribuent à l’amélioration de la qualité de l’environnement.

Le but étant d’optimiser l’exploitation des énergies et de trouver des solutions à long terme pour prévenir la dégradation des écosystèmes. D’où la mise en place de panneaux solaires, éoliennes ou encore stations d’épurations. Il existe également des innovations dites « low-tech » qui permettent d’améliorer notre impact environnemental, comme par exemple l’isolation d’une maison pour éviter de dépenser trop d’énergie.

Afin de préserver notre biodiversité, voici quelques petites astuces simples pour allier technologie et protection de l’environnement au quotidien :

  • Privilégier l’achat de matériel reconditionné ou d’occasion
  • En cas d’absence, veiller à éteindre l’interrupteur d’alimentation de la box internet
  • Passer en mode veille la nuit
  • Faire des pauses digitales conscientes
  • Vider sa boite mail !

Chez Ellcie-Healthy, nous faisons attention à notre belle planète, nos lunettes connectées sont certifiées Origine France Garantie (OFG) ainsi elles sont produites intégralement en France permettant d’amoindrir notre empreinte carbone 

-       Petite innovation écolo du moment :

Dyson, La marque d’électroménager travaille sur un casque audio capable de purifier l’air environnant grâce à des hélices intégrées qui tournent à plus de 12 000 tours minutes et qui aspirent 1,4 litres d’air par seconde. Ainsi, il sera possible d’écouter de la musique tout en purifiant l’air autour de nous !! 

Sources :
– https://www.linfo.re/magazine/high-tech/676109-l-utilisation-de-nouvelles-technologies-ont-un-impact-sur-l-environnement
– https://www.greenfudge.org/les-nouvelles-technologies-au-service-de-lenvironnement/
– https://www.linfodurable.fr/technomedias/la-pollution-invisible-du-numerique-632
– https://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/liride/2019/10/11/technologie-secours-environnement
– https://www.intracen.org/itc/secteurs/technologies-vertes/
– https://youmatter.world/fr/5-conseils-technologie-protection-environnement/