For help call US Flag +080 9081 09191 or Email Us

CAPITAL CORP. SYDNEY

73 Ocean Street, New South Wales 2000, SYDNEY

Contact Person: Callum S Ansell
E: callum.aus@capital.com
P: (02) 8252 5319

WILD KEY CAPITAL

22 Guild Street, NW8 2UP,
LONDON

Contact Person: Matilda O Dunn
E: matilda.uk@capital.com
P: 070 8652 7276

LECHMERE CAPITAL

Genslerstraße 9, Berlin Schöneberg 10829, BERLIN

Contact Person: Thorsten S Kohl
E: thorsten.bl@capital.com
P: 030 62 91 92

E-Santé – Les objets connectés au service de la santé

Articles, E-Santé, Objets connectés

E-Santé – Les objets connectés au service de la santé

La santé connectée, c’est quoi ?

Le terme « e-Health », traduit « Santé connectée » en français, désigne tous les aspects numériques touchant de près ou de loin la santé. les nouvelles technologies sont alors présentées sous un nouveau jour et ont pour objectif d’accompagner et d’améliorer la santé des citoyens. L’INSERM (établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la double tutelle du ministère de la Santé et du ministère de la Recherche) a définit plusieurs domaine d’application de l’IA en médecine :
• Médecine prédictive
• Médecine de précision
• Aide à la décision
• Robots compagnons
• Chirurgie assistée par ordinateur
• Prévention

La e-santé apparaît de plus en plus comme la solution à mettre en place pour pallier aux difficultés de notre système de soins qui est confronté aujourd’hui à plusieurs défis majeurs.
Selon une étude menée par la DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) en 2018, le nombre de personnel médical devrait augmenter de 53% jusqu’en 2040. Une forte hausse qui s’explique par le vieillissement de la population et qui entraine par voix de conséquence une augmentation de la demande des suivis et des soins. La « Silver Economie » a ainsi vu le jour avec pour objectif de proposer des solutions intelligentes et connectées dans le but de permettre un accès universel à une prise en charge de qualité et de faire reculer les pertes d’autonomie. Ces technologies aliénées à l’Intelligence Artificielle peuvent faciliter les diagnostics et de manière générale l’accès aux soins, et permettent à leurs utilisateurs une prise en charge personnalisée en matière de prévention ou de soins médicaux.

Connecté pour mieux se soigner

Les nouvelles technologies permettent dors et déjà de simplifier les échanges d’informations et les interactions entre les utilisateurs, leurs proches, et les acteurs médicaux, facilitant et favorisant les actions immédiates. De l’assistant virtuel aux objets de suivis médicaux intelligents, les objets connectés s’intègrent dans le quotidien des patients.
Ces solutions peuvent apporter un aperçu complet des besoins vitaux de l’utilisateur. Les actions qui en découlent sont ainsi mieux ciblées et mieux adaptées.
Par définition, les objets connectés captent, stockent, traitent et transmettent des données à un réseau d’information appelé le Big Data. Dans cette logique, la santé connectée va utiliser ces mêmes processus afin de capter des informations précises, notamment les paramètres vitaux ciblés (rythme cardiaque, taux de sudation, température, qualité du sommeil …), et de les transmettre automatiquement dans un système informatique. Ensuite, ces informations seront traitées et affichées en temps réel et de manière compréhensible pour l’utilisateur, mais aussi pour les médecins et autres accompagnants du patient. Enfin, ces éléments permettront une meilleure compréhension des cas grâce à un suivi complet mais surtout continu. Finalement, les interactions entre les patients et les professionnels de la santé en seront d’autant plus qualitatives, puisque les différents acteurs auront toutes les informations nécessaires pour établir un premier diagnostic.

_____________________________

Quels sont les cas d’usage de la santé connectée ?
Les champs d’intervention sont vastes et ne dépendent que des limites finalement imposées par la technologie.
La santé connectée répond déjà à différents besoins médicaux auprès de la population : La télémédecine permises et facilitées par les télécommunications et assurant des prestations de santé à distance ; Les cyberpillules qui, une fois ingérées, peut mesurer des paramètres biophysiques mais aussi délivrer des doses de médicament ; les wearables connectés (montres, lunettes, bracelets, pendentifs ..) permettant entre autres de prévenir l’endormissement et les chutes ; les patchs intelligents qui, grâce à des circuits intégrés en son sein, va fournir un suivi en temps réel à l’utilisateur sur son smartphone ; et bien d’autres encore, trop nombreux pour tous les citer.
Mention spéciale : Un nanorobot chirurgien pour déboucher les artères
Actuellement à l’étude en Europe, ce robot navigue à l’intérieur des artères pour les nettoyer ou délivrer un médicament à un endroit précis du corps humain. Ce robot « nageur » devrait être l’œuvre d’ici 2020.

_____________________________

Laisseriez-vous votre santé entre les mains des nouvelles technologies ?
Prévenir les maladies chroniques, dépister les cancers, redonner une activité physique aux handicapés moteurs, compenser l’absence de vision des non-voyants en développant des capacités sensorielles… Tout semble alors envisageable et à notre portée.

Cependant, il est important de ne pas réduire la médecine a un simple acte technique. Cette tendance de la santé connectée apporte une vision plus matérialiste et statistique du corps humain et de la santé en règle générale.
La valeur ajoutée de ces outils, et leur intérêt même, est finalement liée à la manière de les utiliser. La santé connectée constitue une révolution technologique qui permettra de proposer à chacun des services de santé efficaces, accessibles et adaptés à condition de bien distribuer les rôles et d’être en mesure de garder la main sur les décisions et les diagnostics.
De nombreux freins culturels subsistent, d’autant que ces nouvelles technologies supposent un temps d’adaptation. Les freins sont aussi d’ordre législatif, car ces nouvelles possibilités supposent un débat politique, juridique et éthique. Dans cet objectif la commission de réflexion sur l’éthique de la recherche en sciences et technologie du numérique d’Allistene (Cerna) souligne la nécessité de ‘concevoir des systèmes dont le fonctionnement est transparent, explicité et traçable, et qui effectuent les tâches spécifiées en respectant des contraintes explicites’.

Publier un commentaire